Trafic d’espèces sauvages protégées : Cosma Wilungula, Léonard Muamba, Augustin Ngumbi sanctionnés par les USA

Cosma Wilungula - DG - ICCN
Dr Cosma Wilungu. Ph. Desk Nature

Cosma Wilungula Balongelwa, Léonard Muamba Kanda ou encore Augustin Ngumbi Amuri sont désormais inéligibles à l’entrée aux Etats-Unis. Le pays de l’oncle Sam les accuse d’être impliqués dans une affaire de corruption « importante », liée au trafic des espèces protégées.




Ils sont respectivement Directeur Général de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), Chef de département de l’organe de gestion de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) de la RDC et directeur de l’ICCN ; ou directeur-coordinateur de l’organe de gestion de la CITES en RDC et conseiller juridique de l’ICCN.

Lire aussi: RDC: l’ONG «Impunité zéro» porte plainte contre des gestionnaires de l’ICCN et du Parc des Virunga



« En tant qu’agents publics responsables de la protection de la faune sauvage, ils ont abusé de leurs fonctions publiques en se livrant au trafic de chimpanzés, de gorilles, d’okapis et d’autres espèces sauvages protégées de la RDC, principalement vers la République populaire de Chine, en utilisant des permis falsifiés, en échange de pots-de-vin. Leurs actions criminelles transnationales et corrompues ont non seulement porté atteinte à l’État de droit et à la transparence du gouvernement en RDC, mais aussi aux efforts de conservation de la faune et de la flore sauvages déployés de longue date », indique un communiqué du gouvernement américain.

Lire aussi: RDC : suspendu pour mauvaise gestion, le DG de l’ICCN démissionne




Le communiqué explique que l’action entreprise aujourd’hui, démontre que les États-Unis sont aux côtés de ceux qui, en RDC, s’efforcent de perturber le trafic d’espèces sauvages et de promouvoir la responsabilisation des fonctionnaires corrompus et des criminels transnationaux.




« Ces désignations réaffirment également l’engagement des États-Unis à lutter contre la corruption, qui nuit à l’intérêt public, entrave la prospérité économique des pays et réduit la capacité des gouvernements à répondre efficacement aux besoins de leur population ».

Lire aussi: Suspension du DG de l’ICCN: une Commission disciplinaire instituée pour statuer sur son cas

Ces restrictions des Etats-Unis contre Cosma Wilungula alors qu’en fonction, plusieurs accusations étaient lancées contre lui et des agents de l’ICCN pour détournement notamment. 

Jean-Luc M.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.