Shabunda: à Bamuguba sud, l’agriculture laisse la place aux minerais

shabunda - ndilo

La Nouvelle Société Civile congolaise (NSCC) de Shabunda au Sud-Kivu, fustige l’abandon de l’agriculture par des habitants de la place, au profit des activités minières, notamment en groupement de Bamuguba sud, dans ce territoire de la province du Sud-Kivu.

Selon cette structure, depuis un temps, la population locale privilégie l’exploitation minière en lieu et place de la culture de leurs champs. Ce qui est à la base d’une flambée des prix des denrées localement produits.

Lire aussi: Shabunda: la Société Civile fustige l’abandon de l’agriculture au profit des activités minières

«Et comme conséquence, une mesure de farine de manioc qui se vendait 500 FC est passée à 2500 FC aujourd’hui. Une bouteille d’huile passe de 1000 à 3500 francs congolais, alors qu’un gobelet de riz passe de 300 à 1250 francs. Et un gobelet d’arachide est passé de 200 à 1000 francs congolais. Les fretins de 500 FC sont actuellement vendus à 1000 FC, pour ne citer que ceux-là,» explique Mubibya Muzilo Abel, Coordonnateur de la NSCC à Shabunda, cité par la radio Mutanga.

Lire aussi Shabunda: hausse du prix des denrées alimentaires à Kigulube

Cette structure citoyenne plaide auprès des autorités locales, afin que ces dernières puissent bien règlementer l’exploitation minière, voire même la suspendre à chaque période de culture, dans le but d’augmenter la production locale et lutter contre l’insécurité alimentaire qui s’observe ces derniers jours.

Signalons que dans le territoire de Shabunda, le prix des denrées de première nécessité galope aussi souvent à cause de l’impraticabilité de la route, ou suite au coût élevé du billet d’avion, qui cause la majoration du cout du transport des marchandises en provenance de Bukavu.

Peu après janvier dernier, un sac du riz qui s’achetait à 15 dollars était passé à 70 dollars américains, à la suite d’une hausse du prix du billet d’avion Bukavu-Shabunda. Même chose pour des autres denrées, notamment le poisson salé qui était également passé de 2000 à 5000 Fc, ou encore un litre de carburant de 4000 à 9000 francs congolais.

Abiud Olinde
Tagged:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.