Bukavu : l’UOB lance un projet de gestion des déchets au lac Kivu et sur la rivière Ruzizi

Le Laboratoire d’Hydrobiologie, d’Aquaculture et Gestion des Ressources Naturelles (LHAGREN) de l’Université Officielle de Bukavu (UOB) a lancé ce Lundi 7 Février 2022, le projet de gestion des déchets au Lac Kivu et sur la Rivière Ruzizi.

Selon ces chercheurs, ce projet consiste à conscientiser les habitants de la ville de Bukavu, qui produisent en grande partie les ordures qui inondent le littoral du lac Kivu et de la rivière Ruzizi, à prendre conscience du danger que courent le Lac Kivu et la rivière Ruzizi lorsque les déchets ménagers y sont déversés.

Lire aussi: Sud-Kivu : l’UOB lance les activités du Centre d’Information et Recherche sur le Risques Naturels

Ce projet vise principalement à réduire les menaces de pollution qui pèsent actuellement sur la zone littorale du lac Kivu et de la rivière Ruzizi.

Au cours d’un atelier du lancement officiel de ce projet, des chercheurs de l’UOB ont expliqué que les causes de pollution du lac Kivu sont nombreuses et comprennent principalement des ordures des ménages, érosions et sédimentation.

« Les principales menaces proviennent du taux de croissance démographique élevé de la population, ce qui entraîne une demande croissante des biens conduisant à une production croissante d’ordures. Autres facteurs, c’est entre autre le type de relief, les caractéristiques du sol, les intensités des pluies, l’état du couvert végétal, le manque d’une politique d’urbanisation favorisent la dégradation des sols et provoquent le taux élevé d’érosions dans le bassin versant du lac Kivu et de la rivière Ruzizi », explique le professeur Akonkwa Balagizi, chercheur à l’UOB et responsable de LHAGREN.

Alex Lina, Doyen de la Faculté de Biologie à l’UOB indique que les conséquences de la pollution de l’environnement sont aussi nombreuses et nuisent à la santé des êtres vivants en général (homme, animal, végétal).

« Ces déchets perturbent le fonctionnement du lac, de la Centrale électrique de Ruzizi qui nous alimente en énergie électrique. Nous avons aussi des maladies en lien avec l’eau…ces déchets sont jetés avec de l’eau et les microorganismes poussent là-bas. Nous, nous sommes obligés d’utiliser les mêmes eaux qui nous exposent aux maladies. Le lac perd aussi sa beauté sur le plan touristique. La multiplication de poissons est gênée à cause de la présence de ces déchets », insiste le professeur Alex Lina.

Lire aussi: Sud-Kivu : l’Université Officielle de Bukavu lance une Station de recherche d’Hydrobiologie au Lac Kivu

Dans ce projet, l’UOB va ramasser les déchets plastiques flottants sur le lac Kivu, restaurer des végétaux aquatiques dans les zones littorales du lac Kivu et de la rivière Ruzizi mais aussi sensibiliser la population sur la bonne gestion des déchets et l’installation des poubelles publiques dans certains coins de la ville.

Avec certaines organisations des jeunes, l’UOB va veiller sur la transformation de ces déchets en pavé.

Le Recteur de l’UOB qui a lancé officiellement ce projet, demande aux habitants et aux autorités administratives de s’impliquer et de s’approprier ce projet car la gestion des déchets concerne tout le monde.

Ce projet est financé la GIZ et ABAKIR (Autorités du Bassin du lac Kivu et de la Rivière Ruzizi) et va durer 6 mois.

Cet atelier qui a connu la participation des organisations de la Société Civile, des chercheurs et certains leaders communautaires locaux a eu lieu à l’Université Officielle de Bukavu (UOB), dans la commune de Kadutu, à Bukavu.

Claudine Kitumaini
Tagged:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.