Climat : début des travaux préparatoires de la COP27 à Kinshasa

PRE COP 27
PRE COP 27

Les travaux préparatoires de la 27ème Conférence des Nations-unies sur les changements climatiques (COP 27) ont démarré ce lundi 3 octobre à Kinshasa, capitale de la RDC.




Cette réunion de 3 jours, vise à engager toutes les parties dans la lutte contre le changement climatique, en marge de la Conférence de Charm el-Cheikh, qui abritera la COP27 du 6 au 18 novembre 2022 en Égypte.

Cette Pré-COP27 lancée par le Premier Ministre ce lundi au Palais du peuple, reçoit une soixantaine de Ministres notamment de l’Environnement/Climat, venus des pays membres de la Convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique.

Sama Lukonde a dit espérer que les échanges s’étendront sur les cas de force majeure suite auxquels certains pays européens par exemple, sont retournés à l’usage des sources d’énergies polluantes qu’ils avaient préalablement bannies, à la suite de la guerre en Ukraine.

«Il est temps de se pencher sur des cas de cette nature où la nécessité d’émettre pour assurer la survie de nos populations est confrontée à l’urgence de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Il convient d’adopter pour cela une position commune nous permettant d’éviter de tomber dans l’arbitraire avec certains États libres de poursuivre voire d’augmenter leurs émissions, et d’autres empêchés d’exploiter leurs ressources naturelles par crainte de l’aggravation des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Il faut peut-être l’admettre, l’Afrique qui n’est responsable que de 4% des émissions mondiales, et qui en séquestre davantage qu’elle n’en émet, aura de plus en plus du mal à opérer un choix entre ce qu’il lui faut faire pour assurer la survie de ses populations, la lutte contre l’extrême pauvreté qui la décime, la lourde facture à payer pour l’adaptation au changement climatique, d’une part, et le contrôle des émissions de gaz à effet de serre, d’autre part, cela en l’absence d’alternatives technologiques et financières conséquentes de la part des Pays industrialisés qui hélas portent la responsabilité historique du changement climatique,» a-t-il indiqué.




De sa part, la Ministre congolaise de l’Environnement, Eve Bazaiba a attiré l’attention de la communauté internationale sur le bassin du Congo, une région cruciale, selon elle, dans la lutte contre le changement climatique.

«La RDC voudrait profiter de cette opportunité pour vous exprimer un certain nombre de préoccupations en rapport avec la préservation de son patrimoine forestier et de l’adaptation de son économie, de ses infrastructures, et de ses communautés aux impacts négatifs du changement climatique. Comment expliquer toutes les conditions qui sont imposées à nos Etats pour accéder à des fonds destinés à protéger des ressources dont nous sommes tous bénéficiaires ? Je rappelle que la plupart de ces conditions, procédures souvent belles sur papier, opèrent sur terrain comme des barrières à l’accès des pays les moins avancés au fonds climat. Il est donc urgent que nous rehaussions profondément et radicalement nos ambitions climatiques et passions aux actes avant qu’il ne soit trop tard,» soutient-elle.

Celle-ci a entre autres décrié la banalisation du non-respect des engagements internationaux, la question des pertes et dommages liés aux impacts du changement climatique, l’urgence d’exploitation des ressources naturelles pour lutter contre la pauvreté, mais aussi l’accès au financement climat.

«Que les pays pollueurs trouvent dans le rehaussement du prix du carbone forestier l’opportunité d’appuyer l’auto-financement de l’action climatique dans les pays dotés d’importantes ressources forestières, car nous sommes capables de contribuer aux fonds d’adaptation et d’atténuation et aider nos frères des pays les moins avancés qui ne sont pas aussi dotées naturellement que nous à lutter contre ce phénomène. Ne portez pas le poids du financement de l’action climatique mondial vous seuls. Faites de nos bassins forestiers tropicaux vos partenaires dans cette lourde responsabilité,» a-t-elle indiqué.




Signalons que les réunions bilatérales dans le cadre de cette Pré-COP27 se poursuivront ce mardi, avant que les travaux ne soient clôturés mercredi le 5 octobre prochain.

Museza Cikuru

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.